Comprendre le saké japonais : catégories et caractéristiques pour amateurs de sushi

Comprendre le saké japonais : catégories et caractéristiques pour amateurs de sushi

5/5 - (9 votes)

Amateur de sushi, vous êtes certainement familier avec le saké. Cette boisson alcoolisée japonaise, souvent servie avec les plats nippons, a une histoire riche et complexe et offre une gamme de saveurs captivantes. Pour mieux apprécier cette boisson traditionnelle, il est essentiel de comprendre ses catégories et caractéristiques. Dans cet article, nous allons explorer le monde du saké en profondeur.

Découverte des différentes catégories de saké

Le Junmai : le saké pur

Junmai, signifiant littéralement « riz pur », désigne les sakés pour lesquels aucun alcool n’a été ajouté lors du processus de brassage. Il offre une saveur riche et robuste qui met en valeur le goût naturel du riz. La teneur en alcool varie généralement entre 15% et 17%. A noter que ce type de saké peut être servi chaud ou froid selon les préférences.

Le Honjozo : légèrement fortifié

En comparaison au Junmai, le Honjozo a un petit pourcentage d’alcool ajouté pendant le processus de brassage. Cela donne un saké plus léger et plus doux avec une teneur en alcool légèrement supérieure (environ 16% à 18%). Il est souvent consommé chaud.

Le Daiginjo et le Ginjo : l’élite du saké

Les catégories Ginjo et Daiginjo représentent l’élite du saké. Ces deux variétés sont fabriquées à partir de grains de riz qui ont été polis à un niveau beaucoup plus élevé que pour les autres types de saké. Le résultat est un saké délicatement parfumé, complexe et sophistiqué.

Après avoir exploré les différentes catégories de saké, il est temps d’approfondir notre connaissance en découvrant le processus de fabrication du nihonshu.

Les secrets du processus de fabrication du nihonshu

Sélection et polissage du riz

L’étape initiale dans la fabrication du saké consiste à sélectionner le riz approprié. Par la suite, ces grains subissent un polissage méticuleux, une étape cruciale qui influence fortement le goût final.

Fermentation : la naissance du saké

Dans cette phase clé, le riz poli est mélangé avec de l’eau, des levures et un champignon appelé Koji. Après une période de fermentation allant jusqu’à un mois, ce mélange donne naissance au nihonshu, autrement dit, notre saké.

Filtration et maturation

Ensuite, le saké est filtré pour retirer les résidus de riz. Certains sakés sont laissés à maturer pendant plusieurs mois, voire des années, afin d’enrichir leur palette aromatique.

Lire plus  Cuisine dim sum à domicile : équipement essentiel et recettes simplifiées

Maintenant que nous connaissons l’art de la fabrication du saké, il est temps de passer à l’étape suivante : comment choisir et déguster cette boisson emblématique.

L’art de choisir et déguster le saké japonais

Comment choisir le bon saké ?

Choisir un bon saké dépend en grande partie de vos goûts personnels. Si vous préférez les saveurs douces et légères, optez pour un Honjozo. Si vous êtes amateur de notes plus fortes et complexes, alors le Daiginjo pourrait être votre choix idéal.

La dégustation : une expérience sensorielle

Déguster du saké n’est pas simplement une question de goût. C’est une véritable expérience sensorielle. On commence par observer sa couleur, sentir son arôme avant même d’y goûter. L’apprécier pleinement demande du temps et une certaine délicatesse.

Maintenant que vous savez comment choisir et apprécier cette boisson traditionnelle japonaise, voyons comment la marier parfaitement avec vos sushis.

Accords gourmands : quel saké pour vos sushis ?

Sakés légers pour sushis délicats

Si vous optez pour des sushis à base de poissons blancs ou de légumes, un Ginjo léger et fruité sera le complément idéal.

Sakés robustes pour sushis robustes

En revanche, si vos sushis sont à base de thon gras ou d’autres ingrédients plus forts, un Junmai robuste et savoureux pourrait être le meilleur choix.

Pour résumer, comprendre le saké japonais nécessite une exploration des différentes catégories disponibles ainsi que du processus de fabrication du nihonshu. Choisir et déguster cette boisson requiert également une certaine connaissance. Enfin, l’accord parfait entre saké et sushi dépend autant du type de sushi que du style de saké. On espère qu’avec ces informations, vous apprécierez encore davantage votre prochaine expérience culinaire japonaise !

Retour en haut